Communiqué: Halte aux enlèvements et tortures au Tchad

Publié le par Evariste DJETEKE

Communiqué:  Halte aux enlèvements et tortures au Tchad

Libérez Decladore Maoundoe Djikoldingam

"Les nombreux enlèvements, kidnappings, tortures et tueries commis par l'ANS et ses services affiliés font désormais partie de la vie quotidienne des tchadiens.

Les tchadiens vivent sur le fil du rasoir. L'état de non-droit et de chaos qui règne dans le pays est encore aggravé par des enlèvements fréquents.

Après avoir plongé le pays dans une crise institutionnelle, économique, sociale, politique et sécuritaire grave, le régime MPS et ses libellules ne semblent plus capables de faire face aux manifestations pacifiques et aux revendications légitimes que par la répression aveugle et disproportionnée.

le vendredi 5 mai 2017, Monsieur Decladore Maoundoe Djikoldingam, porte parole du collectif "ça doit changer" a été enlevé à Moundou par des éléments de l'ANS, torturé et gardé dans un lieu secret.

Des pratiques qui éveillent, pour beaucoup de tchadiens , le souvenir douloureux de l’époque de la police secrète de Habré, de la torture, des enlèvements et des emprisonnement.

Les personnes enlevées sont régulièrement victimes de torture ou d'autres mauvais traitements durant leur séquestration. Beaucoup sont rouées de coups, menacées de mort , agressées physiquement et verbalement et, souvent, électrocutées et forcées à rester dans des positions douloureuses ou angoissantes.

L'effondrement de l'autorité centrale et l'absence de maintien de l'ordre et d'un système judiciaire efficace engendrent un climat d'impunité généralisée qui permet aux auteurs d'enlèvements d'éviter d'être poursuivis et d'avoir à rendre des comptes.

Le Groupe de Réflexion et d'Action pour le Tchad (GRAT) appelle à mettre un terme à ce phénomène généralisé, qui représente un fléau et une menace réelle pour le pays.

Le GRAT qui suit avec préoccupation l’état désastreux des libertés des citoyens et leurs droits, qui ne cessent de ce dégrader dangereusement, exige des pouvoirs publics :

• Qu’ils mettent un terme à la répression aveugle et brutale qui a déjà fait trop de victimes innocentes et instauré un climat malsain de terreur et de violation des droits fondamentaux des citoyens;

• Qu’ils libèrent sans condition M. Decladore Maoundoe Djikoldingam, et tous ceux qui on été enlevés et qui croupissent injustement dans les prisons;

Le GRAT demande:

  • l'arrêt immédiat des enlèvements et le jugements des tortionnaires;
  • la suspension de la coopération française avec la police tchadienne;
  • l'enquête des tortures infligés à Nadjo Kaina, Sollo Bertrand Ngandjei et Dingamnayal Nely Versinis

Le GRAT prie instamment ses sympathisants d'agir sur les médias sociaux et d'organiser des manifestations dans le cadre d'une campagne visant à appeler les autorités à mettre fin aux enlèvements et à veiller à ce que les centaines de civils toujours séquestrés soient libérés immédiatement et sans condition.

Publié dans politique

Commenter cet article