Tchad: Idriss Déby Itno et son aveu d'impuissance

Publié le par Evariste DJETEKE

Tchad: Idriss Déby Itno et son aveu d'impuissance

Le Président Idriss Déby Itno à déclaré, à son investiture du 08 aout passé, consacré son mandat au "service de la justice, de développement, d'une éducation et d'une formation de qualité, du primaire au Supérieur et de la réorganisation de l'armée".

C'est un programme ambitieux mais dont il est permis de douter. Tout un faisceau d'indices qui en font un vœu pieux!

D'abord si Dame justice n'a jamais prospéré sous le régime MPS, c'est principalement à cause des entraves du pouvoir exécutif. Les assassinats de Me Bihidi, du professeur Ibni et bien d'autres, leurs complices et coauteurs vont-ils enfin être jugé? Les dédales de l'administration civiles et militaire seront-ils enfin débarrassées de criminels, faussaires et autres cancres qui bloquent son fonctionnement? Rien n'est moins sur car cela reviendra tout simplement au Président de se démettre pour se soumettre au glaive de la justice.

Ensuite le développement économique, l'éducation et la formation de qualité et la réorganisation de l'armée ne sont pas les fruits d'incantations proférées dans le vide. C'est une force qui nait de la conscience collective d'un peuple pour se cristalliser dans des actes de courage et de vertu. C'est la résultante d'une prise de conscience qui se fonde sur la croyance de cette ordonnance divine " tu gagneras ton pain à la sueur de ton front". Il est illusoire de penser que le pétrole amènerait à lui seul la prospérité économique... On revient une douzaine d'années après nous conseiller le retour à l'agriculture et à l'élevage alors que "l’exploitation du pétrole a détruit le système de production paysanne, privant les agriculteurs de leurs moyens de subsistance, polluant les eaux, les sols et l’air, divisant la population et semant le désespoir surtout chez les jeunes".

Peut-on réaliser le développement quand la moitié des bras valides est comme on le dit chez nous sous les arbres? Quand de vrais "espérantos" sont portés à la tête des institutions et sociétés nationales? Peut-on réussir le développement ou l'émergence avec une armée clanique aux méthodes moyenâgeuses? Quand une partie du pays meure de faim et de soif? Quand les jeunes sont privés de moyens pour une éducation et formation de qualité?

Enfin les déclaration vaporeuse de M. Déby n'ont aucune valeur sinon qu'elles attestent la légitimité de la lutte de certains tchadiens et de sa justesse. Comme les investitures passées, Déby vient de reconnaitre implicitement qu'il est à la tête d'un pays où coule l'injustice, l'ignorance, la mafia, la misère. En somme un aveu d'impuissance.

Publié dans politique

Commenter cet article