L'heure est grave, la vache risque de mourir!

Publié le par Evariste DJETEKE

 L'heure est grave, la vache risque de mourir!

L’heure est grave ! La vache risque de mourir. L’attente a dépassé le cadre national. Le Tchad doit maintenant ou jamais sortir de sa caverne. La responsabilité, après moult tripatouillages illustrant la mascarade à laquelle se livre certain le gouvernement MPS par des incantations démagogiques, incombe aussi à certains  cadres tchadiens, à tous les tchadiens.

Accepteriez-vous de noyer pour une nouvelle fois la conscience du peuple tchadien dans les abysses du clientélisme et du népotisme ?

Accepteriez-vous de faire le lit d’une nouvelle dictature à la place de celle qui a été vécue sous Habré?

Le destin du peuple tchadien est entre vos mains. Sachez bien l’orienter car l’occasion vous est donnée et les circonstances l’obligent. Prenez en conscience. Vous choisirez entre la petite porte qui donne sur des richesses immondes et la grande qui s’ouvre sur une autre richesse incommensurable : la liberté.

Tous les tchadiens comprennent aujourd’hui qu’il manque à nos hommes politiques (toute tendance confondue) ce que les américains appellent le « leadership » c’est-à-dire cette capacité à porter le Tchad sur leurs épaules et à le représenter en l’invitant en permanence à se dépasser. « La politique doit cesser d’être un cirque ». Le peuple  n’admettra plus qu’on monnaye son avenir sur les officines occultes, avec pour seules chances l’ignorance, le cynisme et l’argent. Seul le dialogue, le dialogue transparent et inclusif, le vrai compte.

Tant de vies ont été sacrifiées pour voir enfin certains vénaux se hisser au pouvoir, ronfler à l’assemblée  et d’autres continuer à chicaner dans les grottes. D’aucuns diront que c’est insuffisant pour que le peuple puisse conquérir la liberté et la démocratie. Mais les tchadiens, seuls juges devant Dieu, se prononcent pour la vraie conquête, dès maintenant de leurs droits, n’en déplaisent aux obsédés de l’impérialisme et du tribalisme.

Le Tchad souffre d’une maladie pluri symptomatique. Tous les tchadiens doivent participer à la guérison du grand malaise auquel ils survivent par miracle.

Publié dans politique

Commenter cet article