Le plan de liquidation de certains tchadiens par le régime

Publié le par Evariste DJETEKE

Le plan de liquidation de certains tchadiens par le régime
Nos sources sont claires! Les habitudes sont têtues! Après une réunion d'une quarantaine de minute avec son staff, le Directeur de l'ANS, griffonne quelques lignes sur son bloc note argenté et quitte précipitamment la salle. L'opération "alfakhakh " (pièges)  est bien ficelée et documentée. Sa mise en oeuvre commence. Première victime, Dobian Assingar du MECI.

La chasse aux opposants et aux membres de la société civile est (ré)ouverte au Tchad et peut être la liquidation de certains d'entre eux en vue. L'ANS a ouvert son registre par des noms de code pour mieux faire son sale boulot... C'est ainsi que sur la liste des gens à surveiller comme du lait sur le feux et à liquider au besoin figureraient entres autre avec leur noms de code:

 

Laokein Kourayo Médard alias "Albert"

Dobian assingar, alias "Sébastien"

Moussaye Avenir de la Tchiré alias " Jean Jacques"

Mahamat Nour Ahamat Ibedou alias "Thomas"

Saleh Kebzabo, alias "Pascal"

 

Les autres membres du MECI sont inscrits chacun avec un code renvoyant aux noms des animaux en fonction de leur caractère: lion, éléphant, chien, chat, hyène, cheval, lièvre, caméléon, serpent, etc.

Certains membres du MPS (dont nous tairons les noms pour le moment) , seraient mis a contribution pour mettre fin, selon la déclaration liminaire du Directeur de l'ANS "aux fauteurs de troubles" . C'est une véritable "ratonnade" qui se prépare. Au moment où le climat social affiche 50 degrés à l'ombre, où les syndicats attendent des actes concrets de la part du gouvernement dans le sens de l’apaisement , celui-ci investit une énergie démentielle, à la limite du dopage, pour reprendre une expression du jargon du sport, pour, dit-on, mettre fin aux agissements de la société civiles et de certains membres de l'opposition.

A trop garder l’eau dans la bouche, c’est de la bave qu’elle devient. Comme pour dire, l’excès de toute chose est nuisible. Le régime qui régente le Tchad puis 1990 n’a rien compris de la modernité. Ce régime se repose essentiellement sur la force bruite; piétinant de jour en jour les droits les plus élémentaires des citoyens. Chaque jour que le bon Dieu fait, le pouvoir MPS se dévoile de plus en plus aux Tchadiens, même ceux d'Amdjarass qui commencent par comprendre qu’il faut en finir avec lui. Le Président de la République a institué une Agence de Renseignement qui est dite nationale mais qui fonctionne comme un service secret et personnel du monarque. L’ANS dont il est question qui s’est octroyé toutes les prérogatives des services de détentions est parce qu’elle est placée directement sous le contrôle du Président de la République. L’agence s’est même donné le droit d’administrer les pires traitements inhumains et dégradants aux citoyens. Ces tortionnaires patentés, anciens de la DDS ont été identifiés mais restent impunis et continuent de narguer les populations. Déby a perdu la confiance des tchadiens, il y a lieu qu’il le sache. « Celui qui se dresse contre l’évolution, provoque la révolution », a dit un célèbre homme politique.

Le GRAT condamne ce bâillonnement d’une autre époque et met à nouveau en garde le gouvernement tout en le rendant entièrement responsable des conséquences fâcheuses de ces convocations et menaces des membres de l'opposition et de la société civile.

Publié dans politique

Commenter cet article