Environnement: la Terre vivra à crédit dès mercredi

Publié le par Evariste DJETEKE

Environnement: la Terre vivra à crédit dès mercredi

Demain, l'humanité aura consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an. Ainsi, elle vivra "à crédit" jusqu'au 31 décembre. Une date qui survient de plus en plus tôt chaque année.

A compter du 2 août 2017, soit ce mercredi, nous aurons consommé l'ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année. Ainsi, elle vivra "à crédit" jusqu'au 31 décembre, comme le souligne l'ONG Global Footprint Network qui calcule chaque année ce jour du dépassement ("Earth Overshoot Day").

1,7 planètes. "L’humanité utilise les ressources naturelles 1,7 fois plus vite que les écosystèmes ne peuvent régénérer. On dit que l’humanité consomme 1,7 planètes Terre", explique Global Footprint Network dans un communiqué. Pour en arriver à cette conclusion, l'ONG compare l'empreinte écologique de l'homme (consommation annuelle des ressources naturelles) avec la biocapacité de la Terre à regénérer ces ressources.

De plus en plus tôt. Global Footprint Network note que ce "jour du dépassement" survient de plus en plus tôt chaque année. En 1972, c'était un 10 décembre. En 1992, un 13 octobre. En 2004, un 2 septembre. Et désormais, en 2017, un 2 août. Les conséquences de ce déficit écologique sont de plus en plus évidentes "comme en atteste l’endommagement du capital naturel sous forme de déforestation, d’érosion des sols, d’appauvrissement de la biodiversité, ou encore d’accumulation de carbone dans l’atmosphère".

 

Un phénomène irréversible ? Global Footprint Network se veut optimiste. "Si nous faisons reculer le jour du dépassement de 4,5 jours chaque année, nous retrouverons l’équilibre de notre consommation avec les ressources d’une seule planète d’ici 2050", explique l'ONG. "Notre planète est limitée, mais les possibilités humaines ne le sont pas. Vivre selon les moyens que nous accordent notre planète est technologiquement possible, financièrement bénéfique et notre seule chance pour un avenir prospère", ajoute le PDG de Global, et co-créateur de l'empreinte écologique, Mathis Wackernagel.

Des solutions ? "Par exemple, une réduction de 50% des déchets alimentaires dans le monde pourrait faire reculer la date de 11 jours ; réduire la composante carbone de l’empreinte écologique de 50% déplacerait la date de 89 jours", note l'ONG. "L’empreinte carbone de l’humanité a plus que doublé depuis le début des années 1970 et reste le moteur le plus puissant de l’écart grandissant entre l’empreinte écologique et la biocapacité de la planète", ajoute Mathis Wackernagel. "Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, l’humanité devra s’affranchir des énergies fossiles avant 2050", continue-t-il.

L'exemple américain. Les dernières données de Global Footprint Network offrent des signes encourageants. "Par exemple, l’empreinte écologique par habitant des États-Unis a diminué de près de 20% entre 2005 et 2013, notamment grâce à la diminution des émissions de carbone", indique l'ONG, ajoutant que "le PIB par habitant des États-Unis a augmenté d’environ 20% au cours de la même période", ce qui prouve que croissance économique ne signifie pas forcément hausse de la consommation de ressources naturelles. Benjamin

Publié dans environnement

Commenter cet article