Franc-maçonnerie: Les révélations choc d’un homme d’affaire sénégalais: J’étais devenu l’objet sexuel des autorités

Publié le par Evariste DJETEKE

Franc-maçonnerie:  Les révélations choc d’un homme d’affaire sénégalais:  J’étais devenu l’objet sexuel des autorités

A.Ndiaye, homme d’affaires sénégalais bien connu, a claqué dernièrement les portes de la Franc-maçonnerie rapporte, le site educarriere.ci. Il motive son départ par le ras-le-bol qu’il a eu vis-à-vis des pratiques de cette société secrète. 

Selon notre source, l’homme d’affaires sénégalais qui ne trouvait plus le sommeil ces derniers temps, après 4 ans d’initiation dans la loge de la Franc maçonnerie, a décidé de se confier à une prophétesse avec qui il a fait connaissance à Libreville. En effet pour l’homme il est question tout d’abord d’échapper à ses coreligionnaires qui le traquaient. À en croire une source proche du dossier, au cours d’une veillée de prière à l’église de la prophétesse, A.Ndiaye a avoué son appartenance à la Franc-Maçonnerie.

Il n’a pas manqué aussi de préciser qu’il aurait sacrifié des vies humaines, à la demande de l’organisation. Ainsi il aurait sacrifié la vie de son oncle et certains de ses amis, mais aussi celle de ses enfants et de nombreuses femmes qu’il rencontrait.

A.Ndiaye va plus loin faisant des révélations qui font froid dans le dos. Il avoue avoir subi des vices s*xuels de la part de grandes personnalités et autorités.

« J’étais devenu l’objet sexuel des présidents des institutions, des ministres, des généraux qui m’enfilaient régulièrement. Le jour de mon initiation, cinq hommes m’avaient pris à partie. J’étais devenu impuissant sexuel et portais des couches pour ne pas laisser transparaître le liquide qui coulait. La consigne donnée était d’entretenir des femmes pour dissimuler ce côté pervers en échange d’une vie de luxe », a confessé le jeune homme. Selon lui la goûte d’eau qui a fait déborder le vase a été son échec à l’examen de passage au 4e palier de la nébuleuse.

Sur ordre de son parrain, tapis dans les arcanes du Sénat, il affirme avoir posé des actes ignobles dont il souhaite se repentir. Il cite pèle mêle, la profanation des tombes dans les cimetières de la capitale. Il s’est souvenu d’une mission dans ce sens avec quelques jeunes de son quartier qu’il avait appâté avec la somme de 100 millions de francs. Dans les couloirs de la présidence, quelque temps plus tard, il a appris que la mission avait coûté cinq fois plus. Dès qu’un membre de la loge sacrifiait une personne, il était de ceux qui se rendaient nuitamment dans les maisons de pompes funèbres qui recevaient les corps des victimes. Par des méthodes dont ils détiennent le secret, ils accédaient aux dépouilles. DF

Publié dans société

Commenter cet article