COMMUNIQUE DU GRAT: affaire Laokein Kourayo Médard

Publié le par Evariste DJETEKE

COMMUNIQUE DU GRAT: affaire Laokein Kourayo Médard

OUI pour la reddition des comptes

NON  pour les règlements de compte

La détention de l'ex Maire de Moundou, M. Laokein Kourayo Médard, continue toujours de faire couler beaucoup d'encre et de salive. Apportant sa pierre au débat suscité par cette affaire,   le Groupe de Réflexion et d'Action pour le Tchad "GRAT" dégage en touche les arguments brandis par certaines personnes,  qui au delà de cette affaire, cherchent à faire dans le flou et de régler des comptes personnels.

 

"Dans un État de Droit, une telle procédure ne mériterait aucune polémique si elle répondait essentiellement à un impératif de reddition des comptes. Malheureusement, dans le cas d’espèce, le doute n’est point permis : il s’agit plus d’une opération de solde des comptes qu’une volonté réelle de matérialisation du principe de reddition des comptes".

Mais s'’il est admis qu’en tant que mandataire et justiciable, M. Laokein Kourayo Médard doit répondre de sa gestion devant ses mandants et, au besoin, devant les juridictions compétentes, il ne devrait pas en être autrement pour les autres personnalités politiques qui assument des charges publiques. Le régime actuel perdrait toute crédibilité à ne s’occuper que de l'Ex Maire de Moundou, tout en bandant les yeux devant les cas multiples de malversation financière révélés par des ONG Locales, la société civile et des partenaires internationaux.

 


A cet effet, le GRAT:

 

  • Réaffirme son profond attachement à la reddition des comptes et d’égalité des citoyens en application des lois en vigueur;

 

  • Exhorte les citoyens à redoubler d’exigence vis-à-vis de tous les élus et de tous les administrateurs de crédits pour que la reddition des comptes soit un exercice courant, débarrassé de tout calcul politique et de toute enveloppe émotionnelle et ethnique;
  • S’insurge contre toute forme d’instrumentalisation de la justice et toute garantie d’impunité au nom d’enjeux politiques ou électoraux;
  • Fustigent fermement toute justice à deux vitesses qui fait planer l'insécurité juridique sur la tête des opposants, des démocrates et patriotes sincères, qui décrédibilise l'institution judiciaire en érodant la confiance du peuple à son endroit;
  • Demande au pouvoir judiciaire de se donner les moyens de son indépendance réelle, de traiter tous les dossiers qui lui sont transmis avec célérité et impartialité.

                                                                                  Cellule Communication du GRAT

Publié dans opinion

Commenter cet article