Affaire Laokein Médard: politisation ou ngambayisation?

Publié le par Evariste DJETEKE

Affaire Laokein Médard: politisation ou ngambayisation?

La question de l'arrestation et de l'emprisonnement de l'Ex Maire de Moundou M. Laokein Kourayo Médard continue  d'alimenter les débats depuis plusieurs jours et surtout depuis la sortie de deux communiqués: l'un  signé par quelques organisations de la société civile et l'autre par une partie de la communauté dite ngambaye. Entre passion, partis-pris et malentendus, il convient de poser les termes de ce débat afin que le futile ne l’emporte sur l’essentiel.

Dans cette affaire, nous avons un gouvernement qui perd sa sérénité, une opposition qui cafouille et les organisations de la société   (celles qui ont signé le communiqué) qui manquent  de tirer les leçons claires d'une affaire de détournement et une opinion qui peine à être édifiée de manière claire. Décidément, le détournement  est un sujet qui fâche. Les uns et les autres  ont du mal à convaincre les tchadiens tellement les contrevérités et les contradictions de toutes sortes viennent en rajouter au brouillard noirâtre qui plombe cette affaire. On se rend compte que la "gestion transparente" exigée par les associations de la société civile n'est qu'un leurre ou ne doit s'appliquer qu'à ceux qui sont au pouvoir.

Au lieu de répondre sans équivoque à la question posée sur le rôle réel de M. Laokein dans les supposés détournements à la mairie de Moundou, certaines personnes  et leurs thuriféraires préfèrent s'adonner à du dilatoire.

Accusé de détournement, L’ancien maire de Moundou a été évincé de la mairie par les conseillers, membres de sa coalition, majoritaire au conseil municipal. En guise de réponse il a lui-même chassé du parti son successeur Nerolel Ndoukolé...


... Et dans tout ça, certains personnes et organisations dignes de confiance prêtent le flanc à de genres de bassesses en dénonçant   un acte «contre ngambaye et en voyant une main invisible derrière ce pot pourri hilarant. " Quand les feuilles et les branches se balancent dans les airs, est-ce la faute aux racine? Il faut s'en prendre au vent".

Que des gens censé incarner l’unité de la nation, puisse soutenir de telles calembredaines, suscite bien des interrogations. On a l'impression d'assister à une compétition d’apprentis sorciers: c’est à qui sortira la petite phrase la plus nauséabonde: "on est contre les ngambaye"... "C'est parceque Laokein est un ngambaye".

Laokein Kourayo Médard, ancien Maire de Moundou, incarnation de l’Unité locale voire nationale et, dommage, chef de Parti, doit refuser systématiquement de recevoir le soutien politique de citoyens  sous le couvert de Communauté ngambaye. Ces citoyens qui ne disposent d’aucune unanimité lui apporteraient, au nom de leur appartenance ethnique, un soutien politique pour un débat qui dépasse logiquement le cadre dans lequel se passe cette affaire. C’est extrêmement grave et nul ne semble s’en outrer. Cette identification de citoyens à une ethnie dans le jeu politique est une tendance déviante, inédite et grandissante à endiguer immédiatement. Laokein qui s'est toujours  ériger en républicain ne peut  en même temps s’accommoder de soutiens politiques de communautés qui ne trouveraient leur influence ou leur légitimité qu’à leur appartenance à un groupe ethnique. L’unité nationale et l’euphonie sociale que vit harmonieusement la ville de Moundou, depuis mathusalem, sont des acquis historiques qui illustrent le génie d’un peuple uni et soudé. Cette tendance ethniciste est périlleuse et c’est encore plus grave que ce n’est pas parce qu’on est avec lui ou contre lui qu’il faut s’en glorifier ou le déprécier. Il faut le décrier parce que Moundou ne s’accommode jamais de tendance ethniciste qui blesse son homogénéité.


Laokein, même en prison oublie qu’il n’a été élu par aucune communauté ethnique ou religieuse. Il a été élu maire par la majorité des électeurs moundoulais qui ont vu en lui une alternative face aux dérives monarchissante des candidats du MPS. Pour être réélu (c'est encore possible), il a besoin du soutien des citoyens moundoulais eux-mêmes et non de celui d’une communauté ethnique. La panique et le doute sur une affaire pendante devant la justice (même à deux vitesse)  ne légitiment nullement une inclinaison identitaire qui endommage les valeurs de la République.

Le soutien politique d’une communauté ethnique est non seulement grave et inédit au Logone occidental, mais il est improductif, bréhaigne et agaçant surtout dans cette zone pluriel où les citoyens se fondent et se confondent fièrement et allègrement dans une harmonieuse et sympathique unité. Un soutien ethnique est, par conséquent, sans précédent parce que mauvais et inédit à Moundou.

Redonnons à Moundou son lustre d'antan, fief de Grands Hommes.

Meurdé M./Moundou

Publié dans politique

Commenter cet article