Moubarack Lô: Conseiller spécial du premier ministre sénégalais : Le Tchadien Moussa Faki Mahamat a été un candidat redoutable…

Publié le par Evariste DJETEKE

Moubarack Lô: Conseiller spécial du premier ministre sénégalais : Le Tchadien Moussa Faki Mahamat a été un candidat redoutable…

 

Selon l’économiste Moubarack Lo, conseiller spécial du Premier ministre, Mouhamad Boun Abdallah Dionne, le professeur Abdoulaye Bathily reste le candidat au meilleur profil pour diriger la Commission de l’Union africaine. Mais, dit-il, le Sénégal a eu à faire face un candidat redoutable, Moussa Faki Mahamat du Tchad.

 

La chance du Tchadien. «L’élection du président de la Commission de l’Union africaine a été une compétition où chacun est allé pour gagner. Il fallait bien un vainqueur. Le Tchadien gagnant, Moussa Faki Mahamat, a été pendant longtemps ministre des Affaires étrangères dans son pays (Tchad). Il a beaucoup servi au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, il a aussi servi dans les instances des Nations Unies en tant que ministre des Affaires étrangères. C’est un candidat redoutable, qui a fini par gagner le poste de président de la Commission de l’Union africaine. C’est vrai que le Sénégal avait un bon candidat, en la personne du professeur Abdoulaye Bathily, mais celui qui est passé était aussi un autre bon candidat. Je suis persuadé que le Tchadien élu fera le nécessaire pour pouvoir transformer l’espoir qui est placé en lui. Car, l’Afrique a besoin d’une Commission de l’Union africaine forte. Il faut une continuité de l’action. Le rôle de la Commission de l’Union africaine est déterminant. Il faut un leadership fort au niveau de la commission, mais aussi quelqu’un qui aime l’Afrique, quelqu’un qui connaît les enjeux. Je pense que celui qui a été élu pourra répondre aux attentes. En tant que Sénégalais, j’aurais souhaité que notre candidat, Abdoulaye Bathily, passe. Ce qui est important, c’est de faire en sorte que l’Afrique soit respectée, que l’Union africaine progresse au niveau économique. Mais aussi que les chantiers d’intégration politique progressent. N’oublions pas que le but final de l’Union africaine, c’est de bâtir les Etats-Unis d’Afrique. Ce sont des chantiers de long terme.

 

Moyens financiers injectés. «Il ne faut pas dire que le Sénégal doit regretter le fait d’avoir mis des moyens pour appuyer la candidature de Bathily. Le Sénégal a eu à faire élire un Directeur général de la Fao, un Directeur général de l’Unesco… Les autres pays n’étaient en reste. Tout le monde bougeait pour faire élire son candidat à la tête de la Commission de l’Union africaine. Tous les pays ont eu à mobiliser des énergies, des ressources financières et diplomatiques. Ce, pour pouvoir faire avancer la cause de leur candidat. Tout le monde ne pouvait pas gagner. Les chefs d’Etat et de gouvernement devaient choisir un seul candidat. Nous avions un candidat redoutable devant nous, celui du Tchad. Il connaît les rouages de l’Union africaine et des Nations-Unies. C’était le candidat le plus sérieux face à Abdoulaye Bathily. Le Sénégal est tombé sur un bon candidat». OBS

Publié dans opinion

Commenter cet article