26 ans de barbarie et de banalisation

Publié le par Evariste DJETEKE

26 ans de barbarie et de banalisation

"Ni or ni argent mais la barbarie et la banalisation".  Ce 1er décembre 2016 marque le 26ème anniversaire de M. Idris Déby Itno au pouvoir. Un anniversaire qui marque le tournant de l’animalité de ce pouvoir, du sang que du sang des tchadiens, des nourrissons aux femmes en passant par la jeunesse.

Tout le monde était à la merci de M. Déby depuis 26 ans , soit pour trouver ses geôles, avec des prétextes fallacieux, des complots qui sortaient que de sa tête, de son trouble de la personnalité, caractérisé par un comportement antisocial, un manque de remords et un manque de « comportements humains ». Deby et son clan foulent par terre toutes les valeurs universelles et développent à leur tour tout ce qui était vil et répréhensible, toute valeur lugubre, satanique, luciférienne était encouragée, l’apprentissage du bréviaire du mensonge, le vol, la torture, l’arbitraire, les arrestations de règlement pour compte, les tueries . Rien ne va plus au pays du clan Itno.  

D'un côté on fait souffrir les fonctionnaires et  les étudiants. De l'autre on tue et  on torture. Ces  faits traduisent la barbarie, le mépris et l'ignorance qui font le lit de la politique au Tchad.

Ces actes inspirent à une réflexion qui ne plaira pas à certains. En effet comme disait Thomas Sankara " un militaire sans formation politique est un criminel en puissance".  Et assurément Déby est un militaire sans formation politique. Il a mis en place depuis son arrivée au pouvoir une "Justice MPS"  à deux vitesses. D'un côté, certains peuvent violer  la loi, tuer, violer en toute impunité et se permettre n'importe quel écart de langage. De l'autre, il y a ceux sur qui la "Justice MPS" telle une foudre s'abat au moindre gémissement, ceux que la justice inculpe d'abord et somme ensuite de prouver leur innocence. C'est ça le Tchad!

On commet des bourdes militaires, budgétaires, on fait courir au pays des risques inconsidérés, on refuse de s'expliquer, on ouvre la porte à toutes le supputations, d'où les rumeurs, les exagérations et bêtises politiques.

On assiste à un pourrissement de l'Etat sous les effets conjugués de la barbarie et de la banalisation. l'Etat dérègle les institutions au lieu de réguler leur marche. Le pétrole a servi à enrichir un clan au détriment du peuple. Les pouvoirs de décisions sont au service d'intérêts partisans et courtisans.  M. Nagoum  Yamassoum, avec la bénédictions de certains cadres tortueux, croit pouvoir ruser avec les textes détournés de leur sens pour présenter contre toute logique et en défiant le bon sens un résultat indigne d'une démocratie.

La banalisation de l'Etat n'épargne nullement la principale source du pouvoir que constitue la présidence. Des anciens vendeurs de colas, de charbon,  des anciens bouchers et tresseurs de cordes, transformés en officiers et directeurs y entrent et sortent comme ils veulent alors que certains Ministres passent des heures dans la salle d'attente. Idriss Déby Itno ne semble pas être habité par une vision à long terme du politique. Il fonctionne par à coup, selon les urgences. Le Président Fondateur du MPS se positionne dans ce pot pourri hilarant comme un monarque qui considère ses désirs et ses intérêts comme les seules normes devant régir la vie de la nation. IL est au centre d'une mafia partagée entre les hommes et les femmes incarnant le poujadisme nichés des bastions traditionnels et plutôt intéressés à la situation de rente et de militantisme alimentaire. l'Assemblée Nationale, cette caisse de résonance qui voit ses repères brouiller, se mure dans le silence puisqu'elle va encore bénéficier d'une année sabbatique.

La barbarie et la banalisation sont érigés en système de gouvernance et de stratégie politique dans le dessein de conserver le pouvoir le plus longtemps possible. Personne ne s'y trompe.

Voilà où nous en sommes, 26  ans après, avec la "liberté" que nous promettait Idriss Déby ! Voilà où nous en sommes avec les revenus du pétrole.  Déby et les siens, ensemble,  ils illustrent la négation de l’amour de la patrie et dont les mains sont sales des réussites tonitruantes apparentes qui sont le résultat de la spoliation de la patrie qu’ils ont sans honte sucée.  Et le pauvre peuple  continue de vivre son martyre, à moins de se rebiffer et de se dresser fermement contre ce pouvoir, dont les actes  qui se font sous nos yeux n’augurent rien de bon pour l’intérêt supérieur de la Nation, si on sait à quel point il  est friand de barbarie et de banalisation . 

 

Commenter cet article