Tchad: Jean Bosco Manga: Deby n'est pas notre Président ,n'en déplaise à ceux qui pensent le contraire

Publié le par Evariste DJETEKE

Tchad: Jean Bosco Manga: Deby n'est pas notre Président ,n'en déplaise à ceux qui pensent le contraire

Face à la recrudescence précoce des mesures antisociales en début d'un mandat de trop:
IDRISS DEBY ITNO EST-IL EN TRAIN DE REMERCIER SES ÉLECTEURS «MAJORITAIRES » OU DE SANCTIONNER LA MINORITÉ QUI A VOTE CONTRE LUI ?

Moi et beaucoup d'autres compatriotes faisons partie de ceux-là qui disent, persistent et signent que la réélection, par force et par fraude, de Idriss Déby Itno est et demeure sans objet. Il n'est donc pas notre Président de la République. N'en déplaise à celles ou ceux qui pensent et soutiennent le contraire. Et ce, parce que, à travers des plateformes citoyennes, nous nous sommes opposés vigoureusement même à sa candidature qui ne se justifiait aucunement et nous avons au soutien de cet argument évoqué la constitution comme la base légitime de notre opposition.

On ne peut donner une autre occasion à un tchadien comme tout autre, qui à travers sa mal-gouvernance qui a perduré pendant plus de 25 ans, a échoué sur toute la ligne et contribué activement à conduire le pays au cachot du désespoir où il se trouve engouffrer aujourd'hui. Même certains de ses prétendus supporteurs et électeurs les plus farouches qui nous promettaient l'enfer terrestre ont fini par nous donner raison. D'autres gémissent atrocement et ruminent en silence leur regret de s'être trompé d'adversaires.

Pour avoir osé exprimé ouvertement la brute et brutale réalité, nos ami(es) de lutte, notamment Mahamat Nour Ibédou, Nadjo Kaina Palmer, Celine Narmadji, Younous Mahadjir et Dr Albissatyl Allazam, ont enduré injustement des arrestations, des détentions et des condamnations arbitraires, croyant cacher la lumière du soleil avec la mains en tenant captive la vérité. Résultat: des juges et Magistrats véreux sont aujourd'hui, sans conteste, comptables de la situation chaotique de notre pays.

Voilà une injustice de la justice qui ne tarde pas à vouer aux gémonies les leaders d'opinion et les voix discordantes, mais déclare le non-lieu, classe sans suite d'autres dossiers, pour couvrir les criminels et les pillards des deniers publics. Les militaires disparus pour avoir voté contre Idriss Deby Itno et leurs proches attendront encore pour que justice leur soit faite, tandis que Salay Déby Itno, l'Ex-DG de la Douane qui a détourné 136 milliards de FCFA, Haroun Kabadi, président de l'Assemblée Nationale continueront à bénéficier de la protection de cette même justice.

Face à la recrudescence des mesures antisociales qui font grincer injustement les dents à tout le peuple sans exception, seulement un mois après la ré-intronisation, suite au braquage électoral, l'on se demande si c'est une manière de récompenser celles ou ceux qui l'auraient permis de briguer un 5ème mandat, par un coup KO ou c'est une sanction contre celles ou ceux qu'on a estimé minoritaire, qui ont voté contre l'homme providentiel de Bamina? Par wakili

En tout cas, quelle que soit la durée de la nuit, le soleil fini toujours par se lever et nous demeurons convaincu qu'un jour il fera jour.

Jean Bosco Manga

Publié dans opinion

Commenter cet article