Tchad : HRW pointe la complaisance de la France envers le régime Habré

Publié le par Evariste DJETEKE

Tchad : HRW pointe la complaisance de la France envers le régime Habré

Hissène Habré a été condamné lundi 30 mai à la prison à vie pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre, tortures et viols commis durant sa présidence du Tchad de juin 1982 à décembre 1990. Durant toute cette période, l’ex-dictateur a bénéficié d’une aide importante de la France. Que savait Paris de ses crimes ? Difficile à déterminer sans l’accès aux archives officielles, que les autorités françaises ont refusé à Human Rights Watch (HRW). « Que cherche à cacher l’Etat français ? », demande l’ONG, qui enquête depuis 1999 sur le système de répression d’Hissène Habré et a préparé deux rapports en voie de finalisation : un premier sur les relations entre le Tchad et les Etats-Unis et un second sur la France, rédigé par Henri Thulliez.

Le Monde a eu accès à une version provisoire de ce rapport, qui s’appuie sur de nombreux témoignages et documents (archives de la Direction de la documentation et de la sécurité, la DDS, comptes-rendus des 93 auditions au procès de Dakar, entretiens avec des acteurs et témoins de cette période). Il montre que Paris a soutenu le régime Habré« au-delà de ce qui était connu » et « devait, au minimum, être informé des plus graves exactions commises » pendant plus de huit ans par les FANT, les Forces armées nationales tchadiennes, et par la DDS, sa police politique. Ignorance coupable ou volonté délibérée d’ignorer ces crimes ? « Nous appelons les autorités françaises à faire toute la lumière sur cette page sombre de l’histoire diplomatico-militaire de la France », dit l’ONG. Olivier Piot

Publié dans politique, et diplomatie

Commenter cet article

Cynthia 01/09/2016 14:06

La complaisance de la France envers un dictateur africain, ce n'est pas dans ses habitudes...