Saleh Kebzabo devant la police judiciaire

Publié le par Evariste DJETEKE

Saleh Kebzabo devant la police judiciaire

Le gouvernement après plusieurs tentatives sans succès d'arrestation et d'assassinat des membres et responsables de la société civile , change de fusil d'épaule. Saleh Kebzabo, le leader de l'opposition a été interrogé par la police judiciaire juste après l'investiture de Déby.

"L'opposant Kebzabo a subi un interrogatoire selon DW "au sujet de ses déclarations relatives à la disparation de militaires qui auraient voté pour l'opposition le 9 Avril dernier lors de la présidentielle. Il est rentré libre après l'audition qui a duré plus de deux heures".

Fin avril, l'opposition avait dénoncé la disparition de militaires qui auraient refusé de voter pour le président Deby, candidat à un cinquième mandat, et dont certains auraient été "arrêtés et emprisonnés."

"La semaine dernière, l'Assemblée nationale a autorisé la levée de l'immunité parlementaire de Saleh Kebzabo et Gali Ngothé Gatta, tous deux députés d'opposition à l'origine des premières accusations et candidats défaits à la dernière présidentielle, afin qu'ils puissent être entendus".

Ce n’est pas une première au Tchad que le système « Déby » lorsqu’il panique, kidnappe toutes personnes dont les opinions sont différentes et alternatives. Après son investiture dans le sang, M. Idriss Déby Itno va continuer avec la bénédiction des "ses amis" à sévir avec toute la brutalité, toute l’injustice qu’on lui connaît et surtout en toute catimini. Par cet premier acte « laconique » après son investiture, Déby vient de démontrer sa LÂCHETÉ à ceux qui en douteraient encore, surtout ses partenaires occidentaux.

Publié dans politique

Commenter cet article